"Les vendredis de l'Avent" : préparez les 2ème et 3ème séances

Les vendredis de l'Avent, des temps d'échange ouverts à tous sur le thème "Mon espérance en 2018" sont proposés.
La 2ème séance (avec laquelle sera fusionnée la 3ème) aura lieu le 14 décembre 2018 à 18h00 salle Quilan (église St Vincent de Paul).

Ceux qui seront présents peuvent commencer à méditer ceci :
 

Il y a eu 55 ans le 28 août dernier, Martin Luther King, dans un discours nous parlait de son rêve dans un pays où régnait la ségrégation :

« J’ai un rêve qu’un jour sur les collines de terre rouge de la Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves vont s’asseoir ensemble à la table de la fraternité. »

Et ajoutons y d’autres évènements de l’histoire pour observer que l’histoire a un sens, va en direction d’une autre Vie, la Vie éternelle donnée par Dieu gratuitement. À tous ? Ou au moins à ceux qui ne le refuseront pas ! Mais pas de punition divine. Tels :

  • la fin de l’esclavage,
  • la fin de l’apartheid en Afrique du sud,
  • la réconciliation franco-allemande après 1870, 14-18 (10 millions de morts) et 39-45 (60 millions de morts).
  • chacun pourra apporter ce qui lui paraît œuvre de l’Esprit, comme la dernière phrase d’Isaïe.
     

Il y aura 55 ans en décembre, le concile Vatican 2 a déclaré dans la constitution « gaudium et spes » (3.2) sur la joie et les espoirs des hommes de ce temps :

«  Voilà pourquoi, en proclamant la très noble vocation de l’homme et en affirmant qu’un germe divin est déposé en lui, ce saint Synode offre au genre humain la collaboration sincère de l’Église pour l’instauration d’une fraternité universelle qui réponde à cette vocation. »

A noter que, si la révélation est pleine et entière en Jésus, la réception de cette révélation par les humains, fussent ils pape ou évêques a mis du temps avant que ce soit dit ! Idem par exemple pour l’abolition de l’esclavage au 18ème !


Le 4 août 2016, après l'attentat de Nice et l'assassinat de Jacques Hamel, dans une interview, Georges Pontier, le président de la conférence des évêques de France déclarait :

« Nos sociétés sont plurielles aujourd’hui. On peut le déplorer mais la réalité s’imposera toujours à nous et c’est la réalité qui finit par gagner. Il faut vivre dans cette pluralité et non pas à regret, mais comme une tâche nouvelle à réussir, à accomplir. C’est de notre responsabilité de citoyen et de chrétien pour que cette pluralité ne s’oppose pas mais s’enrichisse. »

Donc ce « germe divin » présent en chacun, à nous de le cultiver au quotidien pour hâter la venue de son « Règne » : identifier toutes ces conversions à opérer en chacun pour cet avènement du royaume.

  • Le regard sur l’autre : identifier chez l’autre ce qui est bien, avant d’observer ce qui, à notre regard, n’est pas conforme à nous souhaits, nos exigences !
  • Notre appétit pour posséder, changer les pierres en pains, …
  • Notre envie de « paraître » plus beau, plus fort, plus intelligent que l’autre !
  • Notre envie de « pouvoir » sur l’autre.
  • Ce sont les 3 « P » !

Notre Père chez l’évangéliste Luc :

« Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation. »

► Texte à imprimer (pdf)


Partager cet article

Repost0

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE

N'hésitez pas à vous exprimer (les champs "Email" et "Site web" sont facultatifs) :