Communiqué du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France

Chers paroissiens,

Je vous invite à lire le communiqué du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France. C’est heureux que les Evêques parlent d’une même voix devant les dispositions nouvelles du Gouvernement français en vue du déconfinement. Car des voix qui s’élèvent ici et là à propos d’un inégal traitement à partir du 11 Mai, risquent de semer le trouble. La portée de ce communiqué garde le souci d’un mois de Mai comme la dernière étape d’un confinement en vue d’un déconfinement progressif et responsable.

- Nous notons dans le 1ER paragraphe que les évêques prennent acte de la décision de la suspension des célébration en assemblée jusqu’au 2 Juin, même si les lieux de culte pourraient restés ouverts.

- La CEF, au 2nd paragraphe, montre sa déception sur ce report des assemblées pour tous les cultes. Nous comprenons pour une part que la déception porte sur l’impossibilité de rassemblement le lundi de Pentecôte, souvent réservé aux rassemblements diocésains.
Tout en partageant le souci du gouvernement de limiter l’épidémie, les évêques défendent la dimension religieuse tout aussi vitale que les autres dimensions de la vie sociale. Ils rappellent même que la liberté de culte est un élément de la vie démocratique. Pour en avoir le cœur net, ils ont raison de vouloir rencontrer les autorités publiques. Il vaut mieux parler que partir en guerre.

Au 3è paragraphe, la CEF souligne que les catholiques ont pris leur part de responsabilités dans le confinement. Ils invitent les catholiques à ne pas renoncer pour autant aux obsèques de leurs défunts, dans la limite des mêmes règles. Ils invitent aussi les fidèles à prier individuellement dans les églises et à se ressourcer avec les moyens que propose leur paroisse. Ils en appellent à une évaluation de cette situation de limitation au regard des graves précarités.

Le dernier paragraphe de leur communiqué invite avec prudence à considérer la fête de Pentecôte, comme la fin du confinement concernant la vie sacramentelle. Sans rien de précis malgré tout.
Les Évêques nous renvoient à vivre le mois de Mai comme les Apôtres au Cénacle, dans l’attente du Don de l’Esprit Saint !

J’en conclue que nous devons rester sur nos gardes quant à des initiatives désordonnées. Nous devons attendre une autre étape de la part des Evêques, au-delà de cette première réaction qui appelle de sérieuses précisions.
Observons les mêmes règles que depuis le début, avec sans doute le port d’un masque pour nos sorties.
Il serait grave d’avoir tant attendu et tout perdre pour des raisons qui ne seraient pas les bonnes, avec une récidive du covid-19. Ne nous croyons pas trop attaqués dans notre liberté. Et tout dépendra du sort de chaque département.
Donc rien n’est changé pour Sotteville : pas de messe, pas de sacrement, pas d’église ouverte pour ma part, jusqu’à nouvel ordre.

Je vous garde dans ma prière comme vous avez aussi le souci des uns et des autres.

Fraternellement.

Père Joseph JOURJON

► Communiqué du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France 


Partager cet article

Repost0

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE

N'hésitez pas à vous exprimer (les champs "Email" et "Site web" sont facultatifs) :

JOURJON Pierre 03/05/2020 19:54

Merci Père Joseph pour cet éclairage à propos des décisions gouvernementales et de la mise en évidence de la prudence et de la nécessité de maintenir les gestes barrières afin de continuer à protéger les personnes d'entre-nous les plus fragiles.
Ceci ne nie pas les difficultés pour les personnes isolées, de par leur situation ou leur état médical à supporter ce confinement qui n'est pas vécu de façon identique pour chacun.
Il est difficile pour les proches d'un patient hospitalisé de ne pas voir leur proche dans son lit d'hôpital, et c'est sans doute plus difficile encore pour celui ou celle hospitalisé . Il est vrai que nous avons des moyens techniques ( video conference par ex ) qui aident à lever en partie cet isolement mais tout le monde n'y a peut-être pas accès.
Rien ne remplace la rencontre au cours d'une messe ou lors d'un bon repas familial et amical où les convives sont nombreux mais l'absence de l'un d'entre-nous provoquée par des imprudences nous gacheraient le plaisir des futures rencontres pour vivre et prier ensemble.
Bon Courage à chacun d'entre-nous pour vivre ces moments compliqués à plus d'un titre.