Paroisse Bienheureux Nicolas Barré

Les 3 églises

| 10:47am

 

 

 

La première église de Sotteville

(remplacée par N.D. de l'Assomption)


On ne trouve aucune trace de l'église primitive de Sotteville. Elle fit place, au XVIIè siècle, à celle qui fut détruite après la construction de Notre Dame de l'Assomption. Celle-ci était dédiée à la Vierge. On pense qu'elle fut bénie vers 1600, mais une date placée sous la voûte du choeur indiquait 1649. C'est donc cette église que connu Nicolas Barré. En 1786, le cimetière qui se trouvait autour de l'église fut transféré un peu plus loin, dans le quartier où plus tard les ateliers du cheminde fer "Buddicum" furent construits, avant d'être à nouveau transféré à son emplacement actuel. En 1841, l'état défectueux de l'église était signalé au conseil municipal. Trop vétuste pour être réparée, elle fut démolie en 1863.
 

 

 

 

 

L'église Notre Dame de l'Assomption

  Rue de Paris

 
        

 

 

L'HISTOIRE DE NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION :

 

25 novembre 1860 : pose de la première pierre.

1 juin 1863 : Achèvement des travaux. L'église est consacrée. Cette église fut construite sur l'emplacement de l'ancien cimetière et du précédent presbytère.

En 1881, Le conseil municipal décida que la devise républicaine "Liberté Egalité Fraternité" serait placée sur la façade de l'église.

         

 

19 avril 1944 : L'église est gravement endommagée par le 17ème bombardement de Sotteville, le clocher, atteint de plein fouet s'est écrasé sur la nef. La ville est endommagée à 65%, ce sont les quartiers N.D. de l'Assomption et St Vincent de Paul qui furent les plus touchées à cause de la proximité des lignes ferroviaires.

 


A la Toussaint 1944, le culte paroissial repris partiellement rue de la république, dans la chapelle des soeurs.

Les travaux de réfection des voûtes de l'église furent entrepris en octobre 1952

9 avril 1960 : Bénédiction des travaux de restauration et des deux nouvelles cloches.

 


LES PRESBYTÈRES DE NOTRE DAME DE L'ASSOMPTION : 

Lors de sa construction en 1866, le presbytère est situé juste derrière d'église, sur l'emplacement de l'ancienne église (photo ci-contre). Suite à la loi de séparation du 9 décembre 1905, les prêtres doivent quitter le presbytère, propriété communale (il servit de bibliothèque municipale jusqu'à son transfert au sous-sol de l'actuelle mairie). Les prêtres vinrent habiter en 1907 dans plusieurs maisons réunies, rue Benjamin Franklin, jusqu'en 1914 où ils furent transférés dans l'ancienne école/pensionnat du Sacré Coeur rue Hoche. Ensuite, au fil des bombardements et des logements provisoires, les prêtres vinrent habiter à l'angle des rue Zola et Garibaldi, à ND Lourdes, rue Louis Antier, puis retour aux locaux de la rue Hoche après réparations partielles. En 1960, il a fallut songer à chercher une nouvelle demeure : c'est ainsi que le prestytère actuel (2 rue Raspail) fut acheté.

 

 

 

L'église Notre Dame de Lourdes

51 rue du Madrillet

 

 

L'HISTOIRE DE NOTRE DAME DE LOURDES :

8 octobre 1916 : Pose de la première pierre
19 septembre 1918 : Inauguration de la crypte
12 mars 1922 : N.D. Lourdes est érigée canoniquement en paroisse
10 octobre 1926 : Bénédiction de l'église supérieure de N.D. Lourdes
9 octobre 1927 : Bénédiction de la grotte et de la statue de la Vierge
24 avril 1944 : Les 514 victimes du bombardement (issues des 3 paroisses) ont été rassemblées dans la cour et sous les voutes (sans compter les 24 disparus). L'inhumation a lieu devant la grotte.


L'EGLISE :


 

 

C'est dans une ancienne carrière, au millieu de la rue du Madrillet à peine tracée, que sera construite la 2ème église de Sotteville. Ce quartier se peuplait peu à peu et c'est, entre autres, auprès de ses futurs paroissiens que l'Abbé Lemaire récolta les fonds nécéssaires.
L'église fut construite au dessus de la crypte. Elle fut bénie le 10 octobre 1926, sans son clocher. Celui-ci fut béni le 6 octobre 1929, en même temps que les 3 cloches. Ce même jour fut inaugurée la fresque de la voûte peinte par Mme Berthe Mouchel. Les fresques du fond du choeur, de la même artiste, furent bénies le 26 octobre 1930, et restaurées en 1993 par Françoise Gélard. La mosaïque au dessus de la porte de l'église posée par Mme Berthe Mouchel, fut inaugurée le 3 mai 1936. Enfin, la chapelle latérale fut bénite le 19 février 1950. Elle a été construite principalement pour créer un sortie supplémentaire à l'église, pour des raisons de sécurité.
Le premier clocher de Notre-Dame de Lourdes était en béton. Après la seconde guerre mondiale, une kermesse fut créée. Elle était organisée tous les ans en mai sur les terrains situés derrière l'église. Elle était connue sous le nom de "Kermesse du Blanc Clocher". La dernière eut lieu en 1954.
En juin 1982, des morceaux de béton se détachèrent du clocher au moment de la sonnerie des cloches. Les sonneries furent interdites pendant plusieurs années. Pour financer les travaux, les terrains situés derrière la maison des soeurs furent vendus à la municipalité (actuel complexe sportif J. Anquetil). Le clocher a été reconstruit dans les années 1986/1987.


LA GROTTE DE NOTRE DAME DE LOURDES :

Cette grotte est la copie de celle de Massabielle à Lourdes. Elle a été bénie, ainsi que la Vierge, le 9 octobre 1927.


LA CRYPTE DE NOTRE DAME DE LOURDES :

Elle fut consacrée à la mémoire des soldats morts au champ d'honneur.
Les 4 premiers vitraux commémoratifs, contenant en médaillons 92 portraits de soldats morts pour la France, furent inaugurés le 29 décembre 1918. Le 14 septembre 1919 eut lieu la bénédiction d'un triple vitrail contenant les portraits de 63 soldats. Le dernier triple vitrail fut inauguré le 5 avril 1920. Le 28 mars 1920 avait eu lieu la pose de plaques commémoratives le 1er novembre de cette même année 2 plaques de marbre portant les noms de prêtres du diocèse morts au champ d'honneur furent bénies.
Cette crypte servit de chapelle provisoire jusqu'à la construction de l'église supérieure en 1926. Sa longueur fut reduite à ce moment là et on installa dans la partie libérée une grande salle de spectacle puis ensuite des salles de réunions.
De 2005 à 2008, la crypte a subit d'importants travaux de rénovations.

 

LA RENOVATION DE LA CRYPTE DE L'EGLISE N.D. DE LOURDES :

 

Après 90 ans d'existence, la crypte et en particulier les vitraux ont souffert des intempéries et des actes de malveillance. De plus, deux des premiers vitraux ont été obstrués lors de la construction de la grotte. 

Ces vitraux ont le particularité de contenir les photos de 218 soldats morts pendant la guerre 14-18. Le procédé utilisé est rare car il s'agit de photographie positive sur verre au gélatino-bromure d'argent associé à la technique du vitrail. 

Pour que ces souvenirs ne disparaissent pas, la crypte avait besoin de travaux de rénovation et de sauvegarde des vitraux.

 

Ces travaux ont débuté en 2005. En 2006, un dossier de participation au concours Un patrimoine pour demain a été déposé auprès de Pèlerin. Le projet a été retenu et un prix de 9395 € a été octroyé. 

En décembre 2006, l'association loi 1901 "Rénovation de la crypte de l'église Notre Dame de Lourdes de Sotteville-lès-Rouen" a été créée.

Des demandes de subventions ont été faites et obtenues : Mairie de Sotteville-lès-Rouen, Conseil Général de Seine-Maritime, Diocèse de Rouen, Gaz de France, Institution Join-Lambert, Crédit Agricole Seine-Normandie, dévolution des biens de l'association "Tourisme et Loisirs de Normandie", etc...

Après plusieurs années de travaux, la réinstallation des vitraux a été effectuée, ainsi que leur mise en valeur lumineuse. L'installation électrique a été remise aux normes, les murs repeints, les plaques commémoratives reposées, etc...

 

L'inauguration de cette crypte rénovée a eut lieu vendredi 3 octobre 2008 en présence des autorités religieuses civiles et militaires, ainsi que des mécènes et donateurs qui ont permis la rénovation. Monseigneur Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, a bénit les vitraux.

         

 

 

L'église Saint Vincent de Paul

385 rue Victor Hugo 

 

 

 

L'HISTOIRE DE SAINT VINCENT DE PAUL :

 

       

 

En 1920, Mr l'Abbé Maurice, curé de Sotteville, avec l'approbation de mgr l'Archevêque, désira ouvrir un nouveau lieu de culte dans le quartier de Quatre-Mares. Mr l'abbé Lemaire remit à cet effet, un baraquement qui avait servi de chapelle aux soldats anglais, au camp du Madrillet. Cette chapelle provisoire fut bénie le 21 mars 1920, et le 12 août 1924, elle fut érigée en église paroissiale.

 

Le 22 février 1929, des paroissiens (cheminots pour la plupart), hissèrent ce baraquement sur une plate-forme et la roulèrent sur des rails 50 mètres plus loin pour laisser la place à la construction de la nouvelle église. La première pierre fut posée le 17 mars 1929, et l'église fut bénie le 13 juillet 1930. La bénédiction du clocher et des 4 cloches eut lieu le 30 mai 1935.

 Sotteville-les-Rouen.jpg

 

Le quartier Quatre-Mares eut à souffrir de très nombreux bombardements pendant la seconde guerre mondiale, à cause de la proximité des voies de chemin de fer toutes proches (cibles stratégiques). Dès mars 1943, la toiture de l'église est endommagée et les vitraux soufflés. Le presbytère est transféré provisoirement au 1 rue Paul Noël. Comme pour tout Sotteville, les bombardements de la nuit du 18 au 19 avril 1944 furent les plus terribles : le presbytère et les salles paroissiales furent complètement anéanties, les vitres provisoires de l'église cassées, sa toiture très endommagée et les murs fissurés. L'inhumation des 128 victimes de ce quartier fut célébrée, comme pour toutes celles de Sotteville, devant la grotte de ND de Lourdes queques jours plus tard.


Les prêtres trouvèrent asile quelques temps au presbytère de ND de Lourdes, puis ils furent hébergés par une paroissienne. Les cérémonies paroissiales eurent lieu à ND Lourdes jusqu'en avril 1945. A Noël 1945, pour la première fois depuis 6 ans, la messe de minuit eut lieu. Le presbytère fut installé rue Charles Thouvenin en attendant sa reconstruction rue Antoine Bruneau. En 1977, un presbytère ayant été aménagé dans les locaux de l'église, la maison de la rue A. Bruneau fut alors vendue.